HTTP/3 push serveur

Un serveur push HTTP/3 est similaire à ce qui est décrit dans HTTP/2 (RFC 7540), mais utilise des mécanismes différents.

Un serveur push est en réalité la réponse à une requête que le client n'a jamais envoyée!

Les push serveur ne sont autorisés que si le côté client les a acceptés. Dans HTTP/3, le client définit même une limite pour le nombre de push qu'il accepte en informant le serveur de l'ID de flux de push maximal. Dépasser cette limite entraînera une erreur de connexion.

Si le serveur estime probable que le client souhaite une ressource supplémentaire qu'il n'a pas demandée mais qu'il devrait avoir de toute façon, il peut envoyer une trame PUSH_PROMISE (sur le flux de la requête) indiquant à quoi ressemble la requête dont la réponse est destinée, puis envoyer cette réponse réelle sur un nouveau flux.

Même si les envois ont au préalable été déclarés acceptables par le client, chaque flux envoyé individuellement peut toujours être annulé à tout moment si le client le juge approprié. Il envoie ensuite une trame CANCEL_PUSH au serveur.

Problématique

Depuis que cette fonctionnalité a été abordée pour la première fois dans le développement de HTTP/2 et ensuite plus tard, après que le protocole ai été livré et déployé sur Internet, cette fonctionnalité a été discutée, détestée et perfectionnée de nombreuses différentes manières afin de la rendre utile.

Un envoi n’est jamais "gratuit", car même s’il enregistre un demi aller-retour, il utilise toujours de la bande passante. Il est souvent difficile ou impossible pour le côté serveur de savoir avec un niveau élevé de certitude si une ressource doit être envoyée ou non.

results matching ""

    No results matching ""